20 septembre 2007

Tu vois tout ce que je lui ai dit c'est que tout allait bien. Juste un petit souci, juste un petit détail, un petit papier rose à obtenir.

Mais sinon, ça va. Et tu vois quand je suis parti, il a fermé la porte, s'est rassis à son bureau. A ce moment là, il a dû chercher dans son tiroir, en a tiré la feuille me concernant. Je suppose qu'il a écrit que mon état actuel était excellent. Que ça se voyait physiquement, que je semblais reposer, souriante, amincie (je ne le répéterais jamais assez, au risque de saouler les gens). Il a dû écrire que j'avais une distance rassurante par rapport à tout ce qui pouvait m'arriver. Et puis il a rangé sa feuille pendant que je rentrais chez moi le sourire aux lèvres et la mine reposée.

Seulement tu vois, ce qu'il a dû noter aussi c'est cette peur. Peur de lui dire adieu parce que peur de retomber. Et voilà le hic. C'est comme ce pantalon que j'ai acheté dans lequel je rentre tout juste. Oui mais pour combien de temps ? et si je reprends du poids. Tu vois c'est la même chose : oui ces sourires, cet embryon de confiance en moi, mais si je retombe ? J'ai 20 ans et assez de recul sur moi même pour savoir que je suis bancale. J'ai 20 ans et je reste Peter Pan. J'ai 20 ans et de façon tout à fait contradictoire, aujourd'hui plus que jamais je veux être une femme.

Tu sais, en réalité, je pense pas que je retomberais. Tu vois j'ai appris qui j'étais, pourquoi, quelle est ma place. J'ai appris la patience. J'ai appris à calmer mon impulsivité et ma jalousie, ou en tout cas à les modérer. Tu vois bien que je ne suis plus vraiment la même. Que je me précipite plus sur mon portable pour le supplier de venir. Ok, j'attends toujours ses appels. Mais puisqu'ils viennent toujours, c'est plus aussi pathétique ?! Et puis tu vois j'anticipe. Je suis comme ça moi. Alors oui l'an prochain ça sera très dur, beaucoup de changement d'un coup, des au revoirs qui s'annoncent terribles. Mais en attendant j'ai presque tout ce qu'il me faut. Je n'en demande pas plus.

Alors là tu me demandes pourquoi alors par moment j'ai des relents de mélancolie, ou d'anxiété. Légers certes. J'ai peur je te dis, peur que ça ne dure pas. Peur de me réveiller et de comprendre que non je n'ai pas ce qu'il me faut.

Chut !! Profite. C'est beau. Tu es bien. Tu l'as mérité un peu, finalement. Non ?

Posté par spleengirl à 22:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Tu vois tout ce que je lui ai dit c'est que tout

Nouveau commentaire